dimanche 15 octobre 2017

Prévenir au lieu de guérir

C’est avec un vif intérêt que je découvre l’histoire La leçon de professeur Hibou (1) ainsi que les commentaires des parents et des professionnels qui témoignent de ses effets sur le quotidien des jeunes enfants.


Par Geneviève Colletti, éducatrice

J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant qu’éducatrice de jeunes enfants en crèches et jardins d’enfant. Puis, je me suis orientée vers le suivi d’adolescents en difficulté en intégrant la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Je suis donc passée de l’accompagnement du jeune enfant dans un environnement naturel, à celui des adolescents, âgés de 13 à 18 ans, délinquants, voire criminels, en suivis judiciaires plus ou moins privatifs de liberté.

De la salle de jeu de la crèche au couloir des cellules d’une Maison d’Arrêt, je me suis beaucoup interrogée sur notre responsabilité d’adultes et de citoyens en matière d’éducation. Je garde en référence les jeunes enfants avec leurs yeux qui pétillent, leur émerveillement devant chaque petite découverte de la journée, leur envie d’agir : la vie qui déborde. Comment une dizaine d’années plus tard cette énergie de vie a-t-elle disparu pour faire place à la violence, la révolte, la dépression, le désespoir ? Ces adolescents qui se mettent en danger et mettent en danger autrui, ne représentent-ils pas la partie émergée de l’échec éducatif de notre société ?

Lors de mon intervention auprès des adolescents, je dois les faire réfléchir pour les amener à prendre conscience de leur acte, de sa gravité, du préjudice causé à la victime et à lui-même. Dans ce travail, la difficulté principale avec l’adolescent n’est liée ni à son niveau d’instruction, ni à son potentiel intellectuel, ni même à son appartenance culturelle ou religieuse, mais à sa capacité d’ouverture à l’intelligence du cœur, à accéder à son humanité, au bon sens commun, au contact avec sa conscience profonde source d’une libre reconnaissance de l’autorité, du vrai, du juste […]


>> Lire la suite

(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

dimanche 1 octobre 2017

Paroles d’enfants : après l'écoute de « La leçon de Professeur Hibou » (1)

Par Monique (classe de Moyenne Section)




M. : J’aime les deux enfants et le Professeur Hibou.

K. : L’histoire, elle apprend à être sage, parce que des fois, j’écoute pas mon cœur.

A. : Maria et Mario ont vu le Professeur Hibou. Ils jetaient des pierres sur la grenouille et le lapin. Maintenant ils jettent plus des cailloux parce qu’ils ont écouté leur cœur.

M. : J’ai aimé beaucoup l’histoire ; j’aime et des fois j’écoute mon cœur, et des fois non.

C. : Le chef Hibou a dit que les enfants ferment les yeux pour écouter son cœur.

N. : Ils jettent plus des cailloux parce que leur cœur a dit non.

S. : Après, ils disent en dernier : «  Bonjour Monsieur Grenouille, Madame Ecureuil et Monsieur Lapin, comment vont vos enfants ? » parce qu’ils ont écouté leur cœur.

C. : J’aime tous (les personnages) ; des fois j’écoute pas mon cœur et des fois j’écoute mon cœur. Je me sens mieux quand je suis gentille.

P. : Le plus que j’ai aimé, c’est toute l’histoire parce que les histoires de l’école sont bien. C’est pas bien de jeter des cailloux aux animaux parce que ça leur fait mal.

F. : J’écoute toujours mon cœur pour plus faire de bêtises.

J. : j’écoute toujours mon cœur ; j’aime Mme Écureuil.

L. : J’aime le Professeur Hibou.

S. : J’aime tous les personnages. 

(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS


L’éducation ne consiste pas à apprendre dans les livres

Par Krishnamurti

Voyez-vous, vous vivez dans une des plus belles vallées que j’aie jamais vue. Il s’y attache une atmosphère particulière. Avez-vous remarqué, surtout au crépuscule et aussi au point du jour, une certaine qualité de silence qui pénètre, qui imprègne toute la vallée ? Je crois qu’il y a autour de nous des collines parmi les plus anciennes du monde et l’homme ne les a pas encore abîmées. Partout où l’on va, dans les villes et ailleurs, l’homme détruit la nature, abat les arbres pour construire de plus en plus de maisons, polluant l’air avec ses automobiles et ses industries ; il détruit les animaux - comme le tigre qui a presque disparu. Il détruit tout parce qu’il naît de plus en plus d’enfants et qu’ils ont besoin de plus en plus d’espace. L’homme répand graduellement la destruction dans le monde entier. Quand on arrive dans une vallée comme celle-ci - où la population est peu nombreuse, où la nature n’est pas profanée, où règnent le silence, le calme, la beauté - on en est tout étonné. Chaque fois que l’on vient ici, on ressent l’étrange particularité de cette terre, mais il est probable que vous vous y êtes habitués. Vous ne contemplez plus les collines, vous n’écoutez plus les oiseaux, vous n’entendez plus le vent dans les feuilles. Petit à petit, vous êtes devenus indifférents.

L’éducation ne consiste pas à apprendre dans des livres, à confier certains faits à la mémoire, mais à apprendre comment regarder, comment écouter toutes ces choses que racontent les livres, que ce qu’ils racontent soit vrai ou faux [...]


>> Lire la suite

Google, Apple, Facebook et Microsoft menacent-ils les données scolaires des élèves français ?

Le ministère de l’éducation nationale a transmis une consigne autorisant le recours, à l’école, aux services des titans du numérique.


Par  Aurélie Collas

Imaginez, à l’heure du big data, un jeune diplômé qui entre dans la vie active. Quelque part dans le monde auront été stockés tous les épisodes de sa vie d’élève : les établissements fréquentés, ses notes, les appréciations de ses professeurs sur son comportement… Un 5/20 de moyenne dans une matière, un manque d’assiduité aux cours, une sanction, n’auront pas de droit à l’oubli. Et les recruteurs pourront cibler les profils des candidats en puisant dans cette manne d’informations. Pure fiction ou réalité ? [...]

>> Lire la suite

Vers une école sans écrans

Le numéro 459 de la revue Silence - sept. 2017 - propose un dossier : Vers une école sans écrans ?


Par Collectif Q2C

La numérisation de l’école avance à marche forcée, à grands renforts de budgets et de partenariats public/privé. Au nom de la modernité, évidemment. Au milieu de ces enjeux politiques et économiques, les enseignant•es et les élèves se retrouvent pris•es dans un quotidien habité par les écrans : pour enseigner, pour apprendre, pour faire l’appel en classe, pour communiquer avec les familles ou avec l’administration, etc. Ce dossier fait un bilan critique des impacts écologiques, sanitaires, pédagogiques et sociaux d’un tel plan. Silence interroge des enseignant•es qui se sont regroupé•es pour refuser d’appliquer les directives numériques, et s’intéresse aux alternatives pédagogiques à la numérisation de l’école […] [**

>> Lire la suite