samedi 15 septembre 2018

Grandir avec La leçon de Professeur Hibou

Un outil au service d’une éducation qui éveille à l’autonomie, à la responsabilité et à la dignité.


Par VIVRE LIBRE

Le sort du monde dépend, en premier lieu, de l’éducation. Dans nos sociétés modernes, en perte de repères spirituels et moraux, s’interroger sur l’éducation des enfants est fondamental, car seule une approche éducative respectueuse de la liberté de conscience leur permet de s’épanouir et d’évoluer harmonieusement.

La leçon de Professeur Hibou* est un outil précieux qui aide les enfants à grandir et à construire leur individualité de façon équilibrée. La spécificité de cette histoire, simple mais profonde, est dans le fait qu’elle éveille au Soi, à l’identité réelle, originelle, dans laquelle chaque être humain naît.

À partir de 3-4 ans, l’enfant prend progressivement conscience de son Moi ; à travers ses multiples expériences avec son environnement, il s’éveille à sa personnalité propre qui est son outil d’expression dans le monde. C’est le moment propice pour commencer à l’éveiller à son identité réelle ‒ le Soi ‒ fondement sacré de toutes les consciences personnelles qui nous enracine dans la Vie et nous fait participer à l’Unité du Tout.

Contrairement aux contes traditionnels dont la fonction était de transmettre des règles morales ‒ imposées par les traditions religieuses ‒ et de mener à la soumission à une autorité extérieure, La leçon de Professeur Hibou exhorte à découvrir l’Autorité intérieure, celle du plan unitaire et impersonnel de la conscience qui s’exprime en chacun de nous à travers la voix intuitive du cœur [...] 


>> Lire la suite

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

dimanche 2 septembre 2018

Paroles d’enfants : carnets de sagesse


Pour mettre en application « La leçon de Professeur hibou »*

En Grande section de maternelle ou au Cours préparatoire, on peut mettre en place des carnets de sagesse sur lesquels les enfants écrivent ce que leur cœur leur dicte pour être sage. C’est en libre service, quand ils veulent ; la maîtresse leur fait le modèle et ils recopient. Les enfants sont très demandeurs et ils écrivent « en attaché » ! Certains préfèrent écrire dans leur carnet plutôt que de sortir en récréation… B. et A. -qui s’entraînent plutôt à faire des bêtises ensemble- sont ravis d’écrire en même temps dans leur carnet. Un jour B. a dicté une phrase que A. a également voulu écrire ; un modèle leur a été donné pour les deux, et B. s’est écrié ; « Trop bien ! ». Quand ils écrivent ainsi, ils sont très sages et attentifs l’un à l’autre, s’attendant pour écrire les mots en même temps.

Une autre fois, I. veut écrire mais elle n’a pas trouvé sa phrase :

-        La maîtresse : Qu’est-ce que ton cœur t’a déjà dit pour être sage ?
-        I. : Il m’a dit beaucoup de chose !
-        La maîtresse : Que veux-tu écrire ?
-        I. : Je ne sais pas. Pour l’instant, je m’assois sur la chaise du silence pour voir…
(au bout d’un moment) J’ai trouvé ! « je suis sage quand j’écoute mon cœur. »

En fin de journée, elle était radieuse et répétait : « J’aime trop l’école ! J’aime trop l’école ! »

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS
 

Chez les tout-petits, les écrans peuvent provoquer des troubles ressemblant à l'autisme

Médecin au sein du service public de la petite enfance de l'Essonne, Anne-Lise Ducanta tire la sonnette d'alarme sur les effets néfastes des écrans sur le développement des jeunes enfants.


Par BFMTV

Retards de développement, troubles de la relation, du langage et du comportement... les effets d'une surconsommation des écrans chez les jeunes enfants semblent désastreux si l'on en croit les résultats d'une enquête menée par un médecin de la protection maternelle et infantile (PMI) de l'Essonne, et relatée dans les pages du Figaro.

Anne-Lise Ducanda osculte chaque année des centaines d'enfants de moins de cinq ans, notamment envoyés par les crèches et les écoles maternelles du département. "En 2003, 35 enfants en difficulté m'étaient signalés par les écoles sur 1.000 élèves de maternelle en petite et moyenne section de l'Essonne", se souvient-elle.

"Depuis un an et demi, on m'en a déjà signalé 210 en grande difficulté. Toutes les semaines, je suis sollicitée pour de nouveaux cas. À force d'en voir, j'ai fini par faire le lien avec leur consommation d'écrans", explique-t-elle.

Des troubles qui ressemblent aux symptômes autistiques


Les principaux symptômes observés: regard vide, vocabulaire très restreint, difficultés de communication avec les autres, stéréotypies (comportements répétitifs comme les battements de bras) ou écholalies (répétition mécanique des phrases de son interlocuteur)... à tel point que le docteur Ducanda affirme que ces troubles peuvent être confondus avec "des symptômes autistiques" [...]

>> Lire la suite

Autisme : les recommandations de la HAS pour un dépistage plus précoce

La Haute Autorité de Santé a émis de nouvelles recommandations très attendues afin de rendre plus précoce le dépistage de l'autisme, un trouble qui touche un Français sur 100.


Par Sciences et Avenir avec AFP

La Haute Autorité de santé (HAS) a émis lundi 19 février 2018 de nouvelles recommandations sur le dépistage de l'autisme, un trouble qui touche un Français sur 100, afin de permettre un diagnostic plus précoce chez les enfants, crucial pour leur avenir. Cette autorité indépendante, qui établit les "recommandations de bonnes pratiques", a fléché le "parcours de l'enfant et de sa famille", "de l'identification des signes d'alerte jusqu'à la consultation dédiée".

Une consultation médicale dans les 3 semaines après un doute

Dans ce parcours, détaillé dans un rapport diffusé par la HAS, l'"inquiétude des parents", ou des professionnels qui s'occupent d'un enfant en crèche ou en maternelle, doit déboucher sur une consultation médicale "dans les trois semaines". Si le médecin a une "suspicion" de troubles du spectre de l'autisme (TSA), il doit prescrire une "évaluation par une équipe spécialisée", coordonnée par un médecin, et comprenant des spécialistes notamment en pédopsychiatrie, en action médico-sociale et en pédagogie. Ces TSA touchent 1% de la population, soit 100.000 jeunes de moins de 20 ans et près de 600.000 adultes, selon des estimations des pouvoirs publics.

L'origine n'en est pas connue. Aucun médicament spécifique n'existe. Mais une prise en charge adaptée permet de vivre mieux avec ces troubles de développement du système nerveux. Le risque, si on ignore qu'un enfant est autiste, est l'aggravation des troubles, et d'autres problèmes qui peuvent les accompagner (troubles du sommeil et de l'alimentation, fatigabilité, déficit intellectuel, handicap dans le langage, troubles de la motricité, anxiété/dépression, maladies, isolement social). "Plus le diagnostic est posé tôt, plus les interventions pourront être mises en place précocement et aideront l'enfant dans son développement", a expliqué la HAS dans un communiqué. "Malheureusement le diagnostic est encore trop tardif en France et les parents inquiets ne savent pas vers qui se tourner", a-t-elle déploré. Les parents doivent donc être écoutés des "professionnels de première ligne", en contact avec la petite enfance : puéricultrices, éducateurs, enseignants, psychologues, etc [...]


>> Lire la suite

Génération «J’ai le droit» : «Dès la 6e, les élèves se lèvent en plein cours, tutoient»

Barbara Lefebvre est enseignante, auteur de « Génération : J’ai le droit ». Dans son livre, elle témoigne de son expérience et parle d'une génération individualiste, de crise de l'autorité...


Propos recueillis par Christel Brigaudeau

Elle parle comme elle marche : vite. Même avec le rhume, Barbara Lefebvre est habitée par son propos. Cette prof d’histoire-géographie en région parisienne, en poste auprès d’élèves en situation de handicap, est devenue l’une des figures des débats sur l’école. Elle est classée dans le camp des conservateurs depuis sa participation il y a quinze ans à l’ouvrage collectif « les Territoires perdus de la République » sur la montée des communautarismes. « Génération : J’ai le droit » est son quatrième livre.

La génération « J’ai le droit », c’est quoi ?
Barbara Lefebvre. C’est à la fois une génération d’élèves et une génération de parents qui considèrent que leurs droits individuels prévalent sur l’intérêt général. On glorifie les identités particulières au détriment du bien commun. Cet individualisme fait le jeu de deux courants : d’une part, le modèle ultralibéral, avec le culte de l’argent ; d’autre part, le communautarisme, selon lequel on serait déterminé par une identité de naissance à préserver absolument [...]


>> Lire la suite