mercredi 30 septembre 2009

L'éducation, une guerre qui ne dit pas son nom

Par Marc-André Cotton

"À l'origine de toutes les guerres, il y a celle que livrent les adultes du monde entier contre la conscience enfantine. Incursion au coeur d'un conflit séculaire.

Dans un long recueil de textes sur l'éducation, publié en 1977 sous le titre de Schwarze Pädagogik, Katharina Rutschky rassembla toutes les techniques traditionnelles de conditionnement éducatif permettant aux parents de briser la volonté de l'enfant sans que celui-ci ne soit en mesure de retrouver par lui-même l'origine de cette répression. Il revient à Alice Miller d'avoir popularisé la notion de Pédagogie noire* pour caractériser une attitude parentale fondée sur le mépris et la persécution de la vie de l'enfant, dont les effets se manifestent à l'extrême dans l'idéologie fasciste, mais s'étendent aussi à de si nombreux domaines et comportements qu'ils finissent par être perçus comme allant de soi [...]"

>>lire la suite


lundi 28 septembre 2009

En conformité jusqu'à ne plus en pouvoir

Par Danièle Epstein
(Psychanalyste, anciennement psychologue à la PJJ de Paris)

Ce jour-là, la réunion hebdomadaire des directeurs se prépare. La directrice départementale de la PJJ de Paris n’y siègera pas. Son siège, elle l’a pris pour enjamber la fenêtre et se jeter dans le vide. Une réunion, semble-t-il, pourtant comme les autres, tristement banale avec son cortège de fermeture d’établissements, de dé-structuration, de dé-localisation, de personnels à re-déployer.

Educatrice de formation, chargée à ce poste de direction d’acter les directives de sa hiérarchie, la défenestration sur le lieu du travail, juste avant la réunion, semble venir à la place de ce qui n’a pu se dire ? Bien que personne ne puisse parler au nom de l’autre, on peut avancer cependant qu’un tel passage à l’acte vient signifier quelque chose de l’impasse dans laquelle, elle fut contrainte de se débattre, jusqu'à l'absurde.

Aux nouvelles méthodes de gestion publique qui visent la normalisation des pratiques, et au détournement de l’ordonnance de 45, qui oriente les nouvelles missions de la PJJ en transformant les éducateurs en contrôleurs, s’ajoute l’idéologie d’une pseudo-pédagogie qui vise à redresser le comportement, en faisant l’économie du travail d’élaboration psychique et de sa subjectivation. Si l’Ordonnance de 45 interrogeait la réalité des faits à la lumière de la réalité psychique, si les éducateurs se faisaient passeurs pour ces jeunes en impasse, les derniers remaniements de l’ordonnance de 45 détournent l’esprit de la loi, en la recentrant sur un objectif de «mise au pas», qui vient empêcher ces jeunes en errance de «prendre pied».

Contre un supposé laxisme, la fermeté s’est mutée en fermeture d’établissements éducatifs, et en enfermement : enfermement dans les murs, enfermement psychique. Sommés de mettre leur éthique et leur savoir-faire au placard pour répondre à la pression de la violence, par la violence de la seule ré-pression, les éducateurs sont poussés à devenir des exécutants musclés de consignes politiques relayées par leur administration. Comment alors permettre à ces adolescents de retrouver le désir de s’inscrire dans une réalité sociale vivante et vivable, une réalité qui donne envie de vivre ?

Là où la visée éducative est de permettre que ces adolescents, pris dans le tumulte de leurs pulsions, trouvent les repères subjectifs nécessaires à leur inscription dans la vie, le patient travail d’équipe est nié, annulé au profit d’une prise en charge contractualisée par un document établissant les objectifs et les moyens de les atteindre, dans le déni de la singularité et de la subjectivité, dans le déni de l’inventivité de chacun.

Quelle marge de manœuvre reste-t-il alors devant un mode de gestion centralisé de la délinquance, qui introduit ses techniques de normalisation, ses référentiels de mesures, avec fiches techniques, questionnaires directifs, procédures obligatoires, et «recommandations de bonnes pratiques professionnelles » ? Avec la volonté d’uniformiser les pratiques, la prise en charge programmée de ces jeunes devient stérile, parce que stérilisée.

La boucle se boucle enfin sur une "logique de la performance", avec la LOLF, qui indexe les budgets sur des objectifs quantitatifs, dont les critères sont définis par les Administrations Centrales.

Programmer, dresser, conditionner, normaliser, mesurer, quantifier, évaluer... destructurer, délocaliser, redéployer... autant de noms à cette entreprise destructrice de l'homme, d'un bout à l'autre de la chaîne, qui laisse chacun aux prises avec sa solitude, son angoisse et sa culpabilité.

Qu'une directrice de la PJJ n'ait eu d'autre recours que de s'éjecter par la fenêtre pour échapper à sa fonction, dans le silence de l'acte, en dit long sur l'impossible tâche à laquelle elle essaya de se soumettre.

Coordination des soutiens pour un Défenseur des enfants indépendant

Le 6 mars 2000, le Parlement a voté la création d’un Défenseur des enfants, autorité indépendante chargée de défendre et promouvoir les droits fondamentaux des enfants posés dans la Convention internationale des droits de l’enfant que la France a ratifié en 1990.

Depuis 9 ans cette institution représentée successivement par Claire BRISSET puis par Dominique VERSINI est intervenue comme un médiateur interinstitutionnel pour plus de 20.000 enfants dont les droits n’étaient pas respectés par une administration ou une personne privée ou pour les enfants qui n’avaient pas de droits reconnus. Elle s’est aussi imposée comme
une force constructive de propositions législatives et réglementaires et parfois d’interpellation auprès des pouvoirs publics.

Au moment où dans le monde entier, se préparent les célébrations du 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, la France ne peut pas être le pays qui supprime son institution indépendante «Défenseur des enfants ».

Tous les enfants et adolescents vivant dans notre pays ont le droit d’avoir accès à un Défenseur indépendant et consacré à la défense et à la promotion de leurs droits fondamentaux.

J’apporte mon soutien au maintien d’un défenseur des enfants indépendant
en cliquant sur lien suivant :

samedi 12 septembre 2009

Sur la liberté de conscience

Question 4 :
"Le respect de soi-même et d’autrui, le sens des responsabilités, la solidarité… ne sont pas des notions que l’on peut inculquer à l’enfant de manière formelle et intellectuelle. Ce sont des dispositions naturelles qui se développent et perdurent lorsque l’on protège la pureté de conscience de l’enfant. Pureté que l’on viole par des formatages de toutes sortes qui détournent la jeune conscience de sa référence intérieure et individuelle, en « lui inculquant ce que soi-même on croit juste, beau et vrai » (p. 4), c'est-à-dire en lui imposant ses propres croyances et les a priori engendrés par la conscience collective et largement répandus à travers la publicité et les médias." Extrait de la lettre ouverte au ministre de l'Education du R.I.R.E.Question : "Je ne suis pas d'accord avec cette idée de l'enfant qui serait pur, antiraciste et qui va devenir quelqu'un de bien si on le laisse s'épanouir. Ce serait nous qui le pervertissons ; or si on laissait 20 enfants de 3-4 ans ensemble, il n'y aurait pas un survivant ! Je ne vous souhaite pas de faire l'expérience.
Fondamentalement, ce qui est naturel, c'est le rejet de la différence. Le premier rapport dans lequel les enfants sont, c'est le rapport de force. La tolérance, le fait de respecter l'autre, d'accepter la différence, c'est éducatif, c'est un apprentissage.
FG
Reponse du RIRE


« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » (Déclaration universelle des droits de l'homme adoptée en 1948)

D'emblée, cet article nous annonce l'essentiel : l'être humain NAÎT LIBRE ; liberté originelle, indépendante de toutes les causalités du monde sensible, liberté absolue qui sous la gouverne de la raison devient le Libre Arbitre qui nous permet de décider et d'agir en exerçant notre volonté en dehors de tout déterminisme et influence extérieure.

La liberté de conscience est sacrée, elle est un don de la vie, manifestation la plus plénière du métaphysique dans le physique. Elle ne se donne pas, ne s'apprend pas et est impossible à définir pour la simple raison que toute définition serait réductrice. Elle est partie intégrante de la conscience et l’éducation doit mener à sa réalisation et à son respect inconditionnel.

L'enfant vient au monde, la conscience vierge. Ce n'est que graduellement qu'il prendra conscience de son corps physique et de ses tendances psychiques. Il n'est alors pas encore programmé, voire formaté, par les valeurs morales et sociales du milieu dans lequel il va grandir et évoluer. Il est donc par essence et par naissance toute ouverture, réceptivité pure. Sa perception du monde n'est entachée d'aucun préjugé et d'aucune spéculation. C'est en le conscientisant, tout au long de l'éducation, à sa dimension universelle qu'il sauvegardera sa liberté et sa pureté originelle. Ainsi, de façon équilibrée, réaliste, il développera les aptitudes et tendances de sa personnalité qui constituent ses moyens de perception et d'expression dans le monde.

Comment l'enfant qui, dès son plus jeune âge, manifeste autant de curiosité vis-à-vis de son environnement, pourrait-il être dans le rejet de la différence ? Il n'est qu'à voir le regard débordant d'innocence et de curiosité du petit enfant face à l'étranger pour réaliser que l'enfant ne connaît au départ ni la méchanceté ni le racisme et que c'est l'adulte qui, inconsciemment, lui inocule, peu à peu, ses propres peurs et sa méfiance maladive.

Eduquer un enfant n'est pas le rendre obéissant, dépendant de l'autorité d'une quelconque idéologie religieuse ou politique, c'est ouvrir sa conscience aux réalités du monde dans lequel il doit grandir et plus tard servir, TOUT EN L'EVEILLANT A SA PROPRE REFERENCE INTERIEURE, c'est-à-dire à L'AUTORITE EN SOI qu'est la dimension universelle de sa conscience -l'Inconscient universel- fondement de son individualité et de son unicité.

Par une éducation respectueuse de la liberté originelle, l'enfant réalise son autonomie dans le respect absolu de lui-même et des autres, en accord avec l'Inconscient universel, référence intérieure commune à tous les hommes.

Intégrer l'Inconscient dans le conscient (cf. Jung) devrait être l'objet de toute éducation qui cherche à marier coeur et raison, c'est-à-dire l'intelligence sensible -laquelle nous relie par voie intuitive à l'unité intérieure, identité commune à tous les hommes- avec l'intelligence spéculative qui nous relie à la diversité du monde. Marier cœur et raison permet d’être en équilibre et de vivre nos différences de manière non conflictuelle, dans la complémentarité d’une solidarité naturelle, base de tout contexte social harmonieux.

Préserver la pureté et la liberté originelle de l'enfant tout en l’amenant à s'intégrer dans le monde révolutionne la manière de considérer et de vivre la condition humaine. Ainsi, on ne contribue plus à la fabrication de « moutons de Panurge » à la merci de n'importe quel système manipulateur, mais à une éducation qui ouvre un champ d’expérimentation individuel et social où la dignité et la responsabilité sont garanties.