dimanche 15 septembre 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d'enfants : après lecture de l'histoire (1)



Suite à la lecture de « La leçon de Professeur Hibou »*, les enfants s’expriment. Propos recueillis auprès d’enfants de 3 à 5 ans.

-        S. : L’histoire m’a appris qu’il fallait que je sois sage et bon aussi, et pas faire de bêtises.
-        L. : Elle me plaît, l’histoire.
-        S. : J’ai pensé d’être sage à l’école et à la maison.
-        B. : J’ai senti Professeur Hibou passer dans mon cœur.
-        L. : Il faut écouter son cœur.
-        H. : J’ai aimé l’histoire.
-        M. : Moi, j’ai senti le cœur.
-        E. : J’ai aimé Maria et Mario.
-        L. : Le Professeur Hibou aide à être sage.
-        B. : Le Professeur Hibou, il dit à tous les enfants… l’amour… pour tous.

Après plusieurs écoutes, les enfants l’apprécient tout autant.

-        E. : J’ai compris que j’ai appris à écouter mon cœur.
-        S. : L’histoire m’a appris à sentir mon cœur.
-        M. : Quand j’ai vu Mario et Maria écouter leur cœur, j’ai senti toute la paix, toute la joie entrer dans mon cœur.
-        S. : Ça m’a intéressé. J’ai rêvé que j’étais dans l’histoire. J’étais avec Professeur Hibou pour surveiller Mario et Maria.
-        T. : J’ai senti Professeur Hibou.
-        L. : Je pense qu’il va s’ouvrir mon cœur…

L’écoute du CD leur sert de rappel.

-        L. : J’ai posé ma tête sur la table et j’ai bien écouté ; ça m’a calmé par rapport à ce que j’ai fait à midi ! » (il avait fait mal à un copain).


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS


mercredi 4 septembre 2019

Les tout-petits réfléchissent deux fois avant d'obéir

Les jeunes enfants auraient un meilleur jugement et un sens critique plus développé qu’on pourrait le croire. C’est pourquoi ils ne se contenteraient pas d’obéir sans réfléchir lorsqu’un adulte leur demande de l’aide, révèle une petite étude américaine.


Par Agence Science-Presse

Cette étude, réalisée auprès de 58 enfants de 3 ans, montre que la principale motivation des tout-petits pour venir en aide à un adulte serait de s’assurer que celui-ci réussira la tâche qu’il s’est donnée. Pour cette raison, ils n’accepteraient pas de suivre des instructions qui sont incompatibles avec le but de la tâche. En fait, ils préviendraient même l’adulte si celui-ci est sur le point de commettre une erreur.

Au cours de leur expérience, les chercheurs ont en effet observé que, s’ils disaient « Donne-moi ce verre pour que j’y verse de l’eau » en pointant un verre percé, la majorité des enfants choisissait de ne pas collaborer. Au contraire, les tout-petits étaient très coopératifs lorsqu’on leur indiquait plutôt un verre intact. De la même façon, les enfants étaient heureux de se plier à la demande si le trou dans le verre n’empêchait pas la réalisation de la tâche. (ex. : jeter le verre brisé ou l’utiliser comme emporte-pièce pour faire un rond dans de la pâte à modeler).

À la lumière de leurs résultats, les chercheurs concluent que, dès leur plus jeune âge, les enfants comprendraient bien que, pour aider quelqu’un, il faut contribuer à l’atteinte de son objectif. C’est pourquoi les tout-petits ignoreraient les consignes qui ne permettent pas la réalisation de la tâche demandée et préfèreraient agir d’une autre façon pour se rendre véritablement utiles. 


source 

Écrans : un écolier sur cinq se couche après 22 heures

Selon une enquête, 17 % des CE2-CM2 s'endorment après 22h en semaine. Pour les experts, ce sont notamment les écrans qui perturbent le sommeil et donc l'équilibre des enfants.


Par Bruno Martrette

A l'adolescence, le conflit générationnel entre les parents et leur progéniture est souvent à son apogée. Parmi les sujets récurrents de discorde, on trouve l'âge de l'arrivée du premier portable. Dans cette bataille que certains de nos lecteurs ont dû mener, ce sont les jeunes qui ont visiblement remporté la guerre du smartphone. En effet, selon une grande enquête (1) réalisée auprès de 600 élèves du CE2 à la 4ème, 28 % des CM1-CM2 (9-10 ans) ont un portable (dont 60 % un smartphone).

Ce chiffre qui augmente au fil de l'âge (82 % des 6ème-4ème) n'est pourtant pas sans conséquence sur l'équilibre de nos enfants. « Avec l'accès à Internet, aux applications de réseaux sociaux et à leur messagerie qui est rendu possible, cette hyper connectivité peut être envahissante jusque dans leur sommeil », avertit Justine Atlan, directrice de l'Association e-Enfance.

La lumière retarde l'endormissement
Chiffres à l'appui, l'étude montre que 25 % des collégiens qui ont un smartphone s'endorment après 23h en semaine. Dans les mêmes proportions, les collégiens équipés d'un portable le gardent allumé et connecté près d'eux toute la nuit [...]


>> Lire la suite

Discipline de la liberté

Par Maria Montessori

Voici un autre principe difficilement compris par les partisans de l’école ordinaire. Comment obtenir la discipline dans une classe d’enfants libres ?

Certainement, dans notre système, nous avons une conception différente de la discipline. Si la discipline est fondée sur la liberté, elle doit nécessairement être active. Il n’est pas dit qu’un individu soit discipliné, seulement lorsqu’il est devenu artificiellement silencieux comme un muet, et immobile comme un paralytique. Celui-là est un individu anéanti mais non discipliné.

Nous appelons discipliné un individu qui est maitre de lui-même et qui peut, par conséquent, disposer de lui là où il faut suivre une règle de vie.

Cette idée de discipline active n’est facile ni à comprendre ni à obtenir ; mais, certes, elle contient un haut principe d’éducation, bien différent de la coercition absolue et indiscutée de l’immobilité.

Une technique spéciale est nécessaire à l’institutrice pour conduire l’enfant dans cette voie de discipline, où il devra marcher pendant toute sa vie, en avançant indéfiniment vers la perfection. L’enfant, lorsqu’il apprend à faire des mouvements au lieu de rester dans l’immobilité, ne se prépare pas à l’école, mais à la vie, de sorte qu’il devient un individu correct par habitude et par pratique, même dans les manifestations sociales habituelles. Ainsi, l’enfant s’habitue à une discipline non limitée à l’ambiance de l’école, mais étendue à la société [...]


>> Lire la suite

jeudi 15 août 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'une enseignante

Par Isabelle, professeur des écoles en maternelle

Dans la classe, après avoir raconté l’histoire de La leçon de Professeur Hibou*, une petite fille s’est disputée avec une autre pour un jeu. Je l’ai renvoyée à son cœur ; la fillette m’a répondu avec insistance et répétition : « Mon cœur ne me parle pas, mon cœur ne me parle pas ! », puis : « si, il me parle un tout petit peu. » Alors je lui ai demandé ce qu’il lui avait dit. « Il m’a dit qu’il faut prêter, mais je ne veux pas ! ». Je lui ai dit que là elle ne se sentait pas bien, peut-être que si elle essayait autre chose, elle découvrirait une nouvelle source de joie. La petite a lâché prise avec le jeu et plusieurs fois dans la journée, elle est venue se blottir dans mes bras en pleurant. Par ailleurs, j’ai constaté la complémentarité des réponses quand plusieurs enfants sont confrontés à une même situation, sauf une fois où les deux enfants ont eu la même réponse et qu’il fallait trancher. L’un des enfants a dit « j’y vais » (faire le jeu convoité) et l’autre à qui je demandais si ça allait comme ça, a dit « oui, ça va ! »

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS



jeudi 1 août 2019

«  Au lieu de penser et de théoriser différemment ce que l'on sait déjà, il est temps d'entreprendre de savoir comment et jusqu'où il est possible de " penser autrement ".  »  ( Michel Foucault, philosophe, 1926-1984)

Le Coeur est le tambour du Monde

Par Claudine Briatore

La recherche en cardiologie nous donne de précieuses ressources pour se frayer une voie d'entrée vers le grand Mystère de ce qui se cache dans le cœur. Elle nous explique que les battements du cœur sont réguliers, mais pas trop, un peu comme si c'était une régularité inexacte, vivante. La variabilité cardiaque peut passer tantôt de 998 ms, à 1022 ms, puis 889 ms, etc... Même si sa moyenne est 1000 ms, elle n'est pas de 1000. Imperfection de la nature, ou mystère de l'Univers qui échappe à notre entendement? En réalité, on a déterminé que la santé, physique et psychique, est caractérisée par une variabilité cardiaque importante, à ces irrégularités, c'est ce que l'on appelle la "cohérence cardiaque". Au contraire, au plus le curseur va vers le stress, le burnout, la dépression, au plus la variabilité cardiaque diminue et se fixe autour d'une valeur [...] 

>> Lire la suite

Béatrice Sauvageot, l’orthophoniste qui révolutionne l'approche de la dyslexie

Fondatrice de l’association Puissance Dys, cette chercheuse a conçu une méthode innovante, fondée sur les neurosciences, pour repérer et rééduquer les enfants et les adultes atteints de troubles "dys". Elle la décline depuis peu en une appli, baptisée Dysplay.


Par Dalila Kerchouche

Dyslexique ? Pour Béatrice Sauvageot*, ce terme n’a rien de pathologique. Au contraire, pour elle, c'est une grande force. «J’accueille depuis 30 ans des enfants, des ados et des adultes que l’on dit atteints de "troubles dys" (dyslexie, dyscalculie, dysphasie, dysorthographie ou dyspraxie), explique-t-elle. Et j’ai radicalement changé de regard sur eux. Ils n’ont pas de troubles, mais une disposition cérébrale différente, c’est-à-dire une autre forme d’intelligence encore largement inexplorée. Ils perçoivent plus d’images, d’odeurs, de sons, de couleurs que nous. Ils voient 36 images par seconde, et non 24. Devant un film en 3D, ils n’ont pas besoin de lunettes ! Les dys ne dysfonctionnent pas. Ils sont géniaux !» [...]

>> Lire la suite