samedi 15 avril 2017

Rencontre au-delà des cultures (2)

Témoignage de l'éveil du cœur par l'enfant


Par Simon (fonctionnaire retraité du PNUD - Programme des Nations Unies pour le Développement)

Avant que ne viennent M. (4 ans) et ses parents, « La leçon de Professeur Hibou » était vécue au Togo en vase clos, par quelques enfants-adolescents et deux adultes, dont les rencontres se concrétisaient uniquement par beaucoup de silence et quelques rares échanges. Il n’y avait pas grand-chose à se dire (le réel vécu étant quasiment vide de contenu).
L’apparition de M. et sa famille (venus de France) a causé dans notre cercle, un vent de renouveau, d’ouverture et de nouvelles perceptions de cette leçon éminemment essentielle à l’existence humaine, quel qu’en soit le milieu social ou la race. Les faits suivants en sont les preuves :

1. La narration de « la leçon de Professeur Hibou » par cette enfant, sur un ton de gaîté enfantine, a eu le don d’attirer toute l’attention de l’auditoire africain. Grands et petits observaient ce « petit bout de chou » avec à la fois de l’admiration et du plaisir. Étonnés de voir cette petite métisse se montrer capable de comprendre et témoigner des bienfaits de cette leçon extraordinaire, les africains ont réagi en apportant leurs propres histoires vécues.
2. L’atmosphère de la rencontre était légère et empreinte d’une chaleur humaine incontestable. Surprenant, lorsqu’on sait qu’avant cette réunion, on n’avait aucune idée, aucune image de cette famille franco-togolaise. Sans s’être jamais rencontrés auparavant, des êtres humains de deux continents ont pu partager leurs vécus sur une leçon NI africaine, NI européenne.
3.  La nature universelle de cette « leçon de Professeur Hibou » a ainsi été reconnue, en cette fin d’année 2016, par des habitants de deux continents (l’Afrique et l’Europe) que des siècles d’esclavage et de colonisation n’avaient jamais réussi à unir ou réunir de façon pacifique. Se parler de cœur à cœur, n’est-ce pas plus essentiel pour LA PAIX que de s’approcher avec des croyances et des vérités scientifiques, politiques ou religieuses ? La vérité qui sort de la bouche d’un enfant possède une Force de persuasion indéniable, parce qu’elle émane directement de la source du cœur et se situe en dehors de toute coloration spéculative et mentale.
4.  Le sommet de l’émerveillement de cette demi journée a été l’aptitude et la spontanéité que M. a montré en attirant une petite africaine et à jouer avec elle sur la cour de la maison. Ceci fut la preuve de l’aptitude d’un enfant à être naturel et spontané ; à l’opposé de l’adulte souvent sclérosé et coincé face à son semblable.

Enfin, c’est uni par le cœur, grâce à « la leçon de Professeur Hibou » que notre rencontre a pris fin, à travers des échanges joyeux de vœux de Bonne Année et de meilleures fêtes. Pourquoi ne pas poursuivre dans la même voie ce qui a si bien commencé ?

Lomé, le 11 janvier 2017

samedi 1 avril 2017

«  Les enfants n’ont ni passé ni avenir et, ce qui ne nous arrive guère, ils jouissent du présent.  »  ( Jean de la Bruyère, moraliste, 1645 - 1696)

Comment les dérives des hommes politiques imprègnent mes élèves

L'actualité sape bien trop souvent mon propos car mes élèves, très observateurs, ne sont pas idiots.


Par Dominique Resch (Prof dans les quartiers nord de Marseille, écrivain)

- M'sieur, il est trop fort, lui !
- Qui ça ?
- Ben lui, là... Le premier ministre... Il est trop fort !

Les dérives de nos hommes politiques me créent des difficultés, et c'est un comble. Lorsque je sermonne mes élèves qui arrivent en retard le matin au lycée et qui ne travaillent pas assez, je me sens mal. L'actualité sape bien trop souvent mon propos car mes élèves, très observateurs, ne sont pas idiots.
Mais le problème n'est pas là où l'on pense. Et il est plus grave qu'on imagine.
Si mes élèves trouvaient pénible d'être obligés de travailler en cours alors que des gens sont payés à ne rien faire, je pourrais me contenter d'expliquer que certains adultes, en principe irréprochables, donnent le mauvais exemple. J'essayerais de trouver les mots. De faire avec. Je me débrouillerais toujours... Hélas, le problème est plus compliqué: beaucoup de mes élèves, au lieu d'être scandalisés par des attitudes révoltantes, sont totalement admiratifs. Sous le charme. Ceux-là ont trouvé leur leader: le plus futé, le plus rusé, c'est qui ?
- Ben lui, là... Le premier ministre... Il est trop fort !

Que dire ?
Heureusement, il y a quelques jours, la lucidité d'Abdel m'a aidé à revenir sur terre :
- Oh, les gars, arrêtez, c'est pas normal, quand même !
Ouf.
Lueur d'espoir.
Mais parfois, c'est sans issue : le prof, il est bien gentil avec ses consignes et ses règles mais, comme dit Irchad: "Il est pas à jour" [...]


>> Lire la suite

Introspection : le sens de notre vécu

C’est souvent la sensation d’une vie dénuée de sens ou l’impuissance à comprendre nos actes qui nous poussent à entreprendre une « thérapie ». Mais ce sont nos enfants qui, par leur expression, nous montrent la voie de la libération.


Par Sylvie Vermeulen et Bernard Giossi

Lorsque l’enfant interroge son parent du regard ou demande « pourquoi ? », il questionne le sens de ce qui se passe ou de ce qui fut fait, mais jamais il ne condamne. Il met spontanément en scène les condamnations qu’il subit et est ainsi en phase avec son processus de libération. L’adulte qui accueille les réponses se remet en cause et met en lumière le sens des actes commis. En nommant ces derniers et en reconnaissant sa participation dans la mise en place des rejouements, il sent les liens entre leurs conséquences et leurs causes réelles. Il réalise alors que ces causes ne sont pas les êtres ou les choses qui l’entourent et qu’il utilise comme support d’évitement, mais les exigences parentales. À défaut de réalisation, l’être se débat dans un nœud d’incompréhension. Il se sent trahir la conscience agissante qui le guide dans le processus de libération en restant fidèle aux schémas relationnels parentaux [...]

>> Lire la suite

Les 5 meilleurs jouets de tous les temps

Par Caroline

Dans le livre "Comment élever un enfant sauvage en ville", l’auteur nous livre la liste des 5 meilleurs jouets de tous les temps (d’après le magazine américain Wired spécialisé dans la technologie) :

1 - un bâton
2 - une boîte
3 - de la ficelle
4 - un tube en carton
5 - de la terre

Une liste d’autant plus étonnante qu’elle a été publiée par un magazine qui s’intéresse au high tech. Pour ma part, j’en aurais bien ajouté un sixième : les cailloux !

Quels sont les points communs de ces « jouets » ?

Les 5 objets mentionnés peuvent s’adapter à une gamme d’objectifs et de rôles presque infinie dont la seule limite est l’imagination des enfants !
Un bâton peut par exemple servir à tracer des motifs sur le sol, il peut se transformer en baguette magique, en télescope, en canne, en épée, en sabre laser, en charpente d’une cabane.
Un tas de bâton deviendra vite une tour, une chaise, une maison, une cachette, un pont.
Une grosse bûche de bois permet même aux enfants de tester leur force physique.

Le grand atout des bâtons, des boîtes, des ficelles, des tubes en carton et de la terre est qu’ils sont ouverts à toutes les possibilités et invitent au jeu libre. On rejoint ici le concept des loose parts, ces petits riens, ces éléments libres, ces pièces détachées facilement disponibles et sans usage prédéterminé.
Dehors, les bâtons et la terre sont accompagnés de toute une variété d’objets qui font de la nature un espace de jeu irrésistible et difficile à concurrencer (pierres, feuilles, fleurs, écorces, pommes de pin, graines…).
On retrouve aussi dans cette liste l’idée des « treasure baskets » du jeu heuristique. Les très jeunes enfants n’auraient pas besoin de jouets mais d’objets naturels et du quotidien à disposition dans un panier. Les objets conseillés dans les « treasure baskets » sont variés de par leurs textures, leurs formes, leurs matériaux, leurs usages, leurs poids, leurs tailles (allant de la cuillère en bois à la pelote de laine, en passant par une pomme de pin ou des emporte pièces) [...]


>> Lire la suite

mercredi 15 mars 2017

Rencontre au-delà des cultures

M. (4 ans), d'une école maternelle française, a rencontré avec ses parents des jeunes de Lomé (Togo) et leur enseignant, autour de l'histoire du Professeur Hibou, le 24 décembre 2016.



Quelques réactions des Togolais après cette rencontre : 

De Barnabè (15 ans) 
Je suis content d’avoir rencontré M. et ses parents. J’ai été heureux de voir que M. et ses parents connaissent et ont raconté « la leçon de Professeur Hibou ». Je reste attaché à cette leçon de vie. 

De Baby (10 ans) 
La rencontre de M. était intéressante à cause du fait que M. à mis l’accent sur la « leçon de Professeur Hibou ». Elle m’a montré qu’elle est une petite fille qui retient très vite les histoires. Sa façon d’agir révèle qu’elle reconnaît les leçons de la vie contrairement à ceux qui les rejettent. […] Je l’encourage à continuer ainsi, moi aussi je ferai pareil.

 De Arcène (8 ans) 
 Je suis content de la rencontre avec M. et ses parents. M. nous a raconté comment vous vivez la « leçon de Professeur Hibou » chez vous et cela m’a ravi. Les parents de M. ont aussi raconté la même histoire et cela m’a montré qu’ils sont sages. […] 

De Kodegui, enseignant
J’ai pris conscience que le hasard n’existe pas, parce que l’arrivée de M. à Lomé n’en était pas. Ensuite, le fait qu’un enfant de quatre ans raconte avec sérieux « la leçon de Professeur Hibou » montre sa détermination pour cette pratique quotidienne. M. s’est montrée ouverte à nous tous comme si elle nous connaissait d’avance, ce qui prouve aussi qu’elle applique également la règle de l’unité et de l’amour. Surtout les témoignages de ses parents sur l’écoute du cœur m’ont tellement impressionné. […] Tout cela me donne la force et la détermination pour poursuivre notre mission.
En conclusion, je peux dire que M. m’a donné un appui spirituel : depuis ce jour-là, je suis plus confiant et déterminé à suivre mon cœur qui détient toujours la vérité universelle.


mercredi 1 mars 2017

«  Ce qui forme l’essence de l’éducation morale, c’est de maintenir active la sensibilité intérieure et de la perfectionner. »  ( Maria Montessori, médecin et pédagogue, 1870-1952)

Une fleur dans mon coeur...



Un jour j’ai demandé à mes élèves de maternelle de visualiser une fleur dans leur cœur et de me la décrire. J’ai renouvelé l’exercice plusieurs fois dans l’année et j’ai constaté que les couleurs et les caractéristiques de la fleur de chacun se conservaient presque à l’identique.

F : Ma fleur est rose, au milieu un peu jaune et vert, elle est grande.
R. : Elle est grande et bleue, dedans jaune. Elle est ouverte.
S. : Elle est multicolore, ma fleur.
O. : Elle est dorée.
J. : La tige et les feuilles sont vertes, le dedans est chaud et froid. Les pétales sont dorés.
L. : J’ai senti mon éclair, mon soleil, ma lumière et ma fleur : elle était noire et le dedans était jaune avec des diamants.
M. : Elle est de toutes les couleurs, avec toutes les paillettes du monde. Il y a des petites formes de cœur sur elle.
E. : Ma fleur était petite avec les couleurs de l’arc-en-ciel.
Y. : Ma fleur est argentée, au milieu marron. Elle est moyenne.
C. : Elle est dorée et or.
A. : Elle est ouverte, bleue, rose.
V. : Elle est grande et bleue.
B. : Elle est bleue dedans et dorée dehors, avec des perles.
R. : Une fleur avec plein de paillettes roses, bleues et jaunes.
T. : Elle est bleue, petite avec des paillettes.
D. : Elle est violette.
K. : Noire avec des paillettes argentées.
C. : Ma fleur, elle me disait que mon soleil, il était beau.
S. : J’ai vu ma fleur et ma lumière. Il y avait des traits multicolores qui sortaient.
L. : Les pétales de ma fleur sont noirs et le milieu est jaune ; sur la tige, il y a de l’argenté et de l’or.
N. : Ma fleur est dorée et grise ; dedans, il y a du doré clair. Elle a poussé, elle est devenue un arbre. Les feuilles étaient d’or avec de l’argent dessus.
P. : Moi, j’ai vu dans mon cœur… en fait il y avait ma fleur, les pétales étaient multicolores et le dedans en or. Après, il y avait encore une fleur, la tige était bleue, les pétales bleu foncé et bleu clair… et une autre fleur toute petite et des milliers d’arbres, ça faisait une forêt. Il y avait un homme qui a marché sur la toute petite fleur et après, elle a repoussé, c’était la fleur de mon soleil et de mon éclair.
M. : Les pétales de ma fleur étaient des étoiles filantes multicolores, le cœur était tout bleu avec des paillettes et un livre secret. J’ai la clé et si j’ai envie de le lire, je peux le lire.