dimanche 1 décembre 2019

«  Le plus grand danger réside dans notre ignorance : nous savons chercher les perles dans la coquille des huîtres et le charbon dans les entrailles de la terre, mais nous ignorons le germe spirituel caché en l’enfant quand il vient au monde pour rénover l’humanité.  »  ( Maria Montessori, médecin et pédagogue, 1870-1952)

La situation actuelle des écoles en Suède nécessite plus de personnel de sécurité

Horizons et débats. Le professeur Inger Enkvist publie régulièrement dans divers médias des articles sur la situation actuelle des écoles suédoises. Sa «chronique» parue dans «Svenska Dagbladet» contient un exemple expliquant pourquoi l’économie suédoise a toujours plus de difficultés à trouver du personnel qualifié et cela malgré de grands investissements dans le système scolaire et malgré la concurrence en public des politiciens pour trouver le meilleur type de réformes scolaires.


Par Inger Enkvist

Le 12 avril 2018, le quotidien «Dagens samhälle» a publié une édition sur le thème de l’école. La grande nouvelle réside dans le fait suivant: toujours plus d’école ont besoin de personnel de sécurité parce que la violence sévit. L’article énumère des écoles suédoises de toutes les parties du pays, dans lesquelles on ferme les portes à clé, on fixe des plaquettes d’identité sur les habits et on entoure la cour de récréation de murs, afin qu’aucune personnes étrangère ne puisse accéder à l’école. Etant donné que les problèmes concrets ne sont pas réglés par la société, l’école doit protéger son fonctionnement et ses locaux. L’investissement financier prévu est réservé aux installations mises en place et au personnel de surveillance. Si l’on considère la relation entre l’école et la violence, il faut distinguer deux aspects différents: l’un est celui qui vient d’être décrit, c’est-à-dire de tenter d’empêcher toute personne étrangère de pénétrer dans l’école, de la menacer ou de la dévaster.
L’autre aspect est la violence à l’intérieur de l’école, car à l’heure actuelle, elle applique un principe pédagogique – appelé «intégration» – qui entraîne des effets sérieux. La conséquence en est que le droit de chaque élève de fréquenter une classe ordinaire prime sur le droit des autres élèves d’obtenir un enseignement efficace. Petit à petit, on a aboli les classes spéciales et on a intégré des élèves présentant toutes sortes de problèmes dans des classes ordinaires sans tenir compte des conséquences [...]


>> Lire la suite

Écrans : « Nous sommes face à un scandale sanitaire »

Entretien avec Michel Desmurget, directeur de recherche à l’Inserm et auteur de « La Fabrique du crétin digital », un livre qui fait la synthèse des travaux scientifiques sur les effets réels des écrans.


Propos recueillis par Paula Pinto Gomes

La Croix : La littérature scientifique est « indiscutable » sur les effets des écrans domestiques. Vous écrivez : « Plus les élèves utilisent les écrans, plus leurs notes s’effondrent. » Sur quels critères se basent ces études ?

Michel Desmurget: La plupart des études suivent une méthodologie classique en prenant en compte les grands facteurs susceptibles d’influer sur la réussite scolaire comme le niveau socio-économique, l’âge et le temps passé sur les différents écrans. D’autres appliquent des protocoles plus expérimentaux en donnant des écrans à des familles qui n’en possèdent pas, pendant quelques mois. Toutes comparent des milieux sociaux équivalents. Et toutes aboutissent aux mêmes résultats : au-delà de 6 ans, dès une heure par jour – et même une demi-heure si on en fait une lecture stricte – les résultats scolaires baissent.

S’il n’y avait que des corrélations sèches, on pourrait douter. Mais on comprend très bien les mécanismes à l’œuvre. Dans l’une des études, on a demandé à des enfants d’apprendre une liste de mots. Certains ont ensuite joué à un jeu vidéo d’action pendant une heure. D’autres n’ont rien fait de particulier. Le lendemain, on a vérifié le vocabulaire retenu. Ceux qui n’avaient pas utilisé d’écrans avaient oublié 20 % des mots. Ceux qui avaient joué au jeu vidéo en avaient oublié quasiment la moitié [...]


>> Lire la suite

La ferme urbaine où les jeunes en rupture reprennent leur vie en main

L’association les Fermiers de la Francilienne accueille des jeunes gens condamnés à des travaux d’intérêt général. À la ferme P13, à Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, ils n’apprennent pas le métier d’agriculteur mais se « remobilisent » au contact de la terre et des animaux.


Par Lorène Lavocat

Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), reportage

La rue qui traverse les longues barres d’immeubles débouche sur un immense terrain vague. Au-delà, l’université Paris 13 dresse sa silhouette grise. Voitures et deux-roues se déversent en flot intarissable dans les artères de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), en direction de la capitale, à une dizaine de kilomètres. À travers le vrombissement continu des véhicules, un bêlement incongru se fait entendre. Derrière les grilles ceinturant la friche, deux chèvres trottinent dans la gadoue. Plus loin, quelques poules se dandinent autour d’une vache qui broute paisiblement près d’une caravane. Comme si de rien n’était. « La campagne au milieu de la cité ! » rigole Dylan. Bienvenue à la ferme P13, 5 hectares de pâturage en plein cœur des quartiers populaires [...]


>> Lire la suite

vendredi 15 novembre 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d'enfants : les disputes (1)


Avec « La leçon de Professeur Hibou »*, les enfants de maternelle apprennent à réagir autrement à leurs problèmes…

Petit entretien

-        La maîtresse : Que faites-vous pour être sage et ne pas vous disputer avec les autres ?

-        I. : Dans la cour, je joue avec tout le monde.
-        M. : Si je ne suis pas sage, le copain ne sera plus jamais mon ami.
-        C. : S’il y a un nouveau, une nouvelle ou quelqu’un qui est triste, je joue avec lui.
-        M. : Mon cœur m’a dit qu’il faut être gentil avec tout le monde.
-        V. : En écoutant mon cœur, je retrouve la joie !
-        D. : Si quelqu’un se dispute, il faut qu’il écoute son cœur. Un jour, je me disputais avec mes copines ; mon cœur m’a dit de partir et de voir ailleurs.
-        B. : Il faut que je me sépare de H. et que je lui dise qu’on se sépare.
-        G. : Il faut rester tranquille.
-        L. : H. m’avait fait mal, alors je l’ai quitté ; mon cœur m’a dit qu’il fallait jouer avec mes amis.
-        N. : J’ai senti qu’il ne faut pas que je joue avec les amis qui ne jouent pas comme il faut. Sinon, je perds mon cœur.


Au cours d’une dispute avec des copines :

-        M. : Il faut trouver une idée dans le cœur.

Après un temps d’introspection :

-        M. : On peut se réconcilier dans le cœur.


L., fille de 4 ans, embête les grands garçons de 5 ans pendant les récréations. B. a eu une idée, il m’a demandé d’envoyer L. à l’activité d’animation pendant le temps de la cantine. Ce que j’ai fait : cela a été terrible pour L., mais l’après midi, elle est venue spontanément nous dire : « Je me sens bien. Mon cœur m’a dit de ne plus embêter les garçons. »


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

samedi 2 novembre 2019

La vertu du silence

Par Jacques Muglioni

« Ce qui rend l’esprit indisponible, ce n’est donc pas le vide, c’est l’encombrement... D’abord on ne peut entendre une leçon que si la discipline du corps témoigne, pour le sujet lui-même en premier lieu, d’une attente sans laquelle l’attention risque d’être à jamais refusée. Qui n’est pas capable d’écouter, c’est-à-dire de garder le silence, de faire taire ses opinions et ses humeurs, ne comprendra ni n’apprendra jamais rien... Le silence de la classe, à la fois condition et effet de l’attention, symbolise le chez soi de l’esprit et annonce l’esprit de la parole ... On ne dira jamais assez ce qui fait qu’une classe est une classe, non pas un agrégat incertain, mais un nombre fini d’élèves que l’on puisse distinguer, l’immobilité du corps, le maintien, la maîtrise du geste. Il y a des conditions physiques sans lesquelles la parole se perd... dans le bruit et la gesticulation. Qui ignore [la vertu du silence] ne sait pas ce que c’est que la classe, ni ce qu’est enseigner. » 

Réf. "L'école ou le loisir de penser" de Jacques Muglioni, doyen de l'inspection générale de philosophie (années 80)



Dix thèses sur l’école

La pédagogie est un art de vivre, non une science exacte


Par Oskar Freysinger

Toute notre pédagogie est fondée sur la paideia grecque, qui est essentiellement un rapport de maître à élève. Il n’existe pas de pédagogie générale, applicable à tous de manière identique. La dignité de l’être humain consiste dans le fait qu’il est unique et irremplaçable. La pédagogie doit donc capter l’attention et l’intérêt de chaque élève de la classe en tant que personne individuelle tout en créant une dynamique de groupe.
Assimiler la pédagogie à une science exacte, c’est courir le risque de déshumaniser les rapports entre le pédagogue et l’élève, le second perdant sa qualité de sujet pour devenir un réceptacle passif, ou pire un objet d’expériences pseudo-scientifiques. La préservation d’un rapport humain personnalisé permet d’offrir à chaque élève le meilleur cadre d’apprentissage possible. Il faut cependant éviter de trop fractionner les groupes et les rendre ainsi ingérables et inopérants. En maintenant une certaine homogénéité de la classe, on permet à chaque élève d’avancer au rythme qui lui convient sans qu’il soit dépassé, ou au contraire démobilisé [...] 



Réf. Horizons et Débats - 2016
(La suite de l'article n'est plus disponible)

J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne ...

"J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne, et je sais beaucoup mieux ce qu’un ami m’enseigne. "
Victor Hugo : Discours sur l’enseignement mutuel – 1815


Par Les KroniKs

Nous autres humains, oublions si souvent que nous avons cette possibilité de nous construire, de nous édifier de l’intérieur. Et nous nous gérons les uns et les autres comme si nous pouvions être dressés, éduqués de l’extérieur, normés, préparés. Nous continuons encore et encore à rechercher des responsables parmi les parents, parmi le milieu, parmi les influences, parmi les écrans. Nous accusons depuis toujours les mauvaises mesures, les mauvaises influences, l’air du temps, les changements technologiques et numériques de tous les maux qui affectent nos sociétés et notre socialité.

Ce que nous n’avons pas su produire, pensons-nous, nous devrions le redresser. Et voici que sur le constat de l’échec de tous nos efforts pour éduquer, nous investissons la rééducation et la pénalisation comme des étais dérisoires. Même dans nos échecs nous persévérons ; nous faisons chaque jour plus mal. Notre imagination ne nous permet que de préparer le pire : suivis, casiers, dossiers, surveillance, mouchards à tous les étages !

Nous sommes toujours condamnés à traiter en étrangers ce et ceux qu’on a toujours cherché à dominer, à dresser, à civiliser, à instruire. Il faut des années pour le comprendre et l’appréhender. Tous nos efforts pour rattraper nos ambitions éducatives ne mènent encore et encore qu’à plus de ruine car c’est le projet lui même qui était erroné. Celui là même qui était mal pensé [...]


>> Lire la suite

mardi 15 octobre 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (25)

Par Amélie (maman de A., 5 ans)

A. a découvert la Leçon du Professeur Hibou* lors de son entrée en grande section. Il venait d’une autre école, d’un autre pays avec un système très différent et a dû dans un premier temps s’adapter et assimiler beaucoup de règles et de nouvelles impressions à l’école, mais aussi à la maison.
Cela explique en partie, je pense, qu’il n’ait pas manifesté un intérêt immédiat pour la leçon. Il refusait même d’en parler à la maison lorsque je le questionnais à ce sujet. C’était une chose nouvelle de plus.
Puis un jour, il est rentré de l’école avec le livre, sourire aux lèvres, fier de nous faire partager l’histoire. Le livre est un peu devenu son livre de chevet avant les vacances de la Toussaint.
Sa sœur aînée était de prime abord plutôt moqueuse et pas du tout réceptive, ce qui le contrariait beaucoup. Son petit frère, quant à lui, est trop petit pour y accorder de l’attention. L’enthousiasme est un peu retombé au cours de l’automne avant de reprendre de plus bel.
A.l se retire dans sa chambre parfois afin d’écouter son cœur, ou pour se calmer, lorsqu’il se sent dépassé par ses émotions.
Après la réunion à l’école, nous avons installé un petit fauteuil vert, au-dessus duquel nous avons accroché la leçon de Professeur Hibou. A. s’y assoit de temps en temps et s’y ressource.
En ce qui le concerne, les petits exercices de respiration et le fait de fermer les yeux lui suffisent pour se recentrer sur lui-même. Sa sœur préfère se retirer dans sa chambre car elle n’aime pas qu’on la regarde écouter son cœur.
A. temporise souvent les situations tendues dans la fratrie. Il respire, écoute son cœur et va généralement accepter de céder en cas de conflit, sans en éprouver de difficulté. Ça le rend bien souvent plus heureux de faire plaisir à son frère ou à sa sœur que de s’opposer et de se disputer.
Ça ne fonctionne pas forcément quand il est trop fatigué, mais même là, il sait reconnaître qu’il est fatigué et qu’il n’a plus autant de patience. A. a manifesté un enthousiasme tout particulier à réaliser la boîte à histoire(1). Il avait une idée bien précise de ce qu’il voulait pour coller au plus près de l’histoire, avec de minutieux détails. Sa sœur a également participé à l’élaboration avec entrain. La boîte est dans la cuisine et A. l’admire et joue avec par moment ou nous raconte l’histoire. Il a été très fier de l’apporter à l’école pour la montrer, mais a voulu très vite la remporter avec lui à la maison.
Pour conclure, je dirais que le message délivré par l’histoire de Professeur Hibou a eu un impact positif sur le comportement d’A. et lui a indiqué comment trouver la juste voie dans la plupart des cas. Il s’en trouve plus épanoui.

(1) Mini théâtre fait dans une boîte à chaussures


 * "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

mardi 1 octobre 2019

«  Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, 
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, 
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne, Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie.  »  ( Platon, philosophe grec, 428 av. J.-C. / 348 av. J.-C.)

Le sensible et l'intelligible dans l'éducation

la recherche de la troisième voie


Par Diane Combes

Les récentes Assises de la maternelle qui se sont déroulées à Paris, les 27 et 28 mars derniers, témoignent de la volonté de renouveler l’approche de l’éducation et par conséquent de la société, en changeant notre regard sur la période fondatrice du développement des enfants entre 3 et 6 ans.

Au nom de la lutte contre la difficulté scolaire, se créent de nouveaux liens entre des notions jusque-là complètement séparées. Ainsi, la corrélation est maintenant établie entre l’épanouissement de l’enfant et les apprentissages fondamentaux, entre la qualité relationnelle et la qualité intellectuelle, entre l’affectif et le cognitif.

Le choix du neuropsychiatre, Boris Cyrulnik(1), pour organiser ces premières Assises de la maternelle, témoigne de cette volonté d’effacer les anciens clivages entre les différentes approches. Ouvrir une troisième voie en éducation, trouver l’équilibre entre le sensible et l’intelligible, telle a été la motivation du Président de la République, Emmanuel Macron, en introduisant ces rencontres. Celui-ci n’a pas caché son plaisir d’entrer dans « la matière humaine » et de décliner, une fois de plus, « et en même temps ! ».

Depuis quelque temps déjà, la conception du but du système scolaire s’élargit discrètement. Pour l’actuel ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, l’école doit apprendre à lire, écrire, compter et respecter autrui. Ses premiers mots aux Assises furent pour citer Marie Carpentier(2), l’une des principales fondatrices de l’école maternelle française : « Aimer par-dessus tout. » Beau programme… ! De son côté, Emmanuel Macron a parlé du rôle essentiel de l’école sur le plan de « l’éveil de l’esprit » [...]


>> Lire la suite

Mael Virat : Faut-il aimer ses élèves ?

Aimer ses élèves ? Le mot fait sursauter voire indigne. C'est pourtant celui qu'utilise Mael Virat, chercheur en psychologie à l'ENPJJ (Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse). Dans un nouveau livre (Quand les profs aiment les élèves, Odile Jacob) il démontre, études à l'appui, que l'implication affective des professeurs ne nuit pas aux apprentissages des élèves. Cet amour, dont il définit les contours, bien au contraire, a des effets positifs. Par ce livre, Mael Virat veut lever un tabou dans un système éducatif qui veut instruire plus qu'éduquer et où les relations personnelles sont encore très mal considérées. Il explique ses thèses dans cet entretien.


Par Le café pédagogique

On sait que noter généreusement en maths a des effets positifs sur les progrès des élèves. Mais peut-on vraiment assurer que les relations affectives entre enseignant et élèves ont des effets positifs prouvés sur les apprentissages ?


Dans mon livre je produis de nombreux éléments qui montrent un lien indéniable qui n'a rien à envier à celui des notes que vous évoquez. J'ajoute que cet effet a pu être constaté indépendamment de la question des notes. Là-dessus on a des dizaines d'études que vous retrouverez dans le livre.

Pour résumer, je dirais que la relation affective entre professeur et élèves, se sentir en sécurité affective pour l'élève, va expliquer 10% de sa réussite dans la matière enseignée. Cela s'explique par la motivation et l'implication du jeune.

Mais l'effet va au-delà de la motivation dans la matière du professeur. Il y a un effet sur le comportement dans l'établissement. Ça touche à quelque chose de plus profond. L'enseignant c'est une figure adulte qui compte dans la vie de l'élève et pas seulement en classe.

Pour nommer cette relation vous parlez "d'amour compassionnelle". Comment la définir et quelles limites lui donner ?

Dans le livre j'explique que quand on se pose la question des limites c'est un indice qu'on conçoit encore mal le type de lien affectif dont il est question. Ce n'est certainement pas devenir copain avec l'élève.

L'amour compassionnel est une relation asymétrique de responsabilité de l'adulte envers l'enfant. Cette responsabilité implique un intérêt pour l'enfant et une grande attention. Cela coûte de l'énergie et fait que l'enseignant est personnellement affecté émotionnellement par la réussite ou l'échec de l'élève. Mais il sait qu'il n'a pas à attendre grand-chose en retour.

C'est une relation qui n'a pas besoin de limites car par définition elle est attentive à l'autonomie de l'élève. C'est le contraire du copinage, de l'intrusion ou de la relation amoureuse [...]


>> Lire la suite

Des « jeux dangereux » de plus en plus connus des élèves

Une recherche menée depuis 2014 dans deux circonscriptions d’Arras montre une augmentation sensible des pratiques des jeux de non-oxygénation par rapport à une enquête de 2012. État des lieux de l’ampleur d’un problème de santé publique mal connu des acteurs du monde éducatif.


Par Mickael Vigne

Une enquête quantitative, sur le phénomène des « jeux dangereux » en général, et celui du « jeu du foulard » en particulier, commencée en septembre 2014, a permis d’obtenir des résultats émanant de deux circonscriptions d’Arras (Pas-de-Calais) à partir de 2810 élèves de cycle 3 interrogés dans soixante-trois écoles différentes. [...]

>> Lire la suite

dimanche 15 septembre 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d'enfants : après lecture de l'histoire (1)



Suite à la lecture de « La leçon de Professeur Hibou »*, les enfants s’expriment. Propos recueillis auprès d’enfants de 3 à 5 ans.

-        S. : L’histoire m’a appris qu’il fallait que je sois sage et bon aussi, et pas faire de bêtises.
-        L. : Elle me plaît, l’histoire.
-        S. : J’ai pensé d’être sage à l’école et à la maison.
-        B. : J’ai senti Professeur Hibou passer dans mon cœur.
-        L. : Il faut écouter son cœur.
-        H. : J’ai aimé l’histoire.
-        M. : Moi, j’ai senti le cœur.
-        E. : J’ai aimé Maria et Mario.
-        L. : Le Professeur Hibou aide à être sage.
-        B. : Le Professeur Hibou, il dit à tous les enfants… l’amour… pour tous.

Après plusieurs écoutes, les enfants l’apprécient tout autant.

-        E. : J’ai compris que j’ai appris à écouter mon cœur.
-        S. : L’histoire m’a appris à sentir mon cœur.
-        M. : Quand j’ai vu Mario et Maria écouter leur cœur, j’ai senti toute la paix, toute la joie entrer dans mon cœur.
-        S. : Ça m’a intéressé. J’ai rêvé que j’étais dans l’histoire. J’étais avec Professeur Hibou pour surveiller Mario et Maria.
-        T. : J’ai senti Professeur Hibou.
-        L. : Je pense qu’il va s’ouvrir mon cœur…

L’écoute du CD leur sert de rappel.

-        L. : J’ai posé ma tête sur la table et j’ai bien écouté ; ça m’a calmé par rapport à ce que j’ai fait à midi ! » (il avait fait mal à un copain).


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS


mercredi 4 septembre 2019

Les tout-petits réfléchissent deux fois avant d'obéir

Les jeunes enfants auraient un meilleur jugement et un sens critique plus développé qu’on pourrait le croire. C’est pourquoi ils ne se contenteraient pas d’obéir sans réfléchir lorsqu’un adulte leur demande de l’aide, révèle une petite étude américaine.


Par Agence Science-Presse

Cette étude, réalisée auprès de 58 enfants de 3 ans, montre que la principale motivation des tout-petits pour venir en aide à un adulte serait de s’assurer que celui-ci réussira la tâche qu’il s’est donnée. Pour cette raison, ils n’accepteraient pas de suivre des instructions qui sont incompatibles avec le but de la tâche. En fait, ils préviendraient même l’adulte si celui-ci est sur le point de commettre une erreur.

Au cours de leur expérience, les chercheurs ont en effet observé que, s’ils disaient « Donne-moi ce verre pour que j’y verse de l’eau » en pointant un verre percé, la majorité des enfants choisissait de ne pas collaborer. Au contraire, les tout-petits étaient très coopératifs lorsqu’on leur indiquait plutôt un verre intact. De la même façon, les enfants étaient heureux de se plier à la demande si le trou dans le verre n’empêchait pas la réalisation de la tâche. (ex. : jeter le verre brisé ou l’utiliser comme emporte-pièce pour faire un rond dans de la pâte à modeler).

À la lumière de leurs résultats, les chercheurs concluent que, dès leur plus jeune âge, les enfants comprendraient bien que, pour aider quelqu’un, il faut contribuer à l’atteinte de son objectif. C’est pourquoi les tout-petits ignoreraient les consignes qui ne permettent pas la réalisation de la tâche demandée et préfèreraient agir d’une autre façon pour se rendre véritablement utiles. 


source 

Écrans : un écolier sur cinq se couche après 22 heures

Selon une enquête, 17 % des CE2-CM2 s'endorment après 22h en semaine. Pour les experts, ce sont notamment les écrans qui perturbent le sommeil et donc l'équilibre des enfants.


Par Bruno Martrette

A l'adolescence, le conflit générationnel entre les parents et leur progéniture est souvent à son apogée. Parmi les sujets récurrents de discorde, on trouve l'âge de l'arrivée du premier portable. Dans cette bataille que certains de nos lecteurs ont dû mener, ce sont les jeunes qui ont visiblement remporté la guerre du smartphone. En effet, selon une grande enquête (1) réalisée auprès de 600 élèves du CE2 à la 4ème, 28 % des CM1-CM2 (9-10 ans) ont un portable (dont 60 % un smartphone).

Ce chiffre qui augmente au fil de l'âge (82 % des 6ème-4ème) n'est pourtant pas sans conséquence sur l'équilibre de nos enfants. « Avec l'accès à Internet, aux applications de réseaux sociaux et à leur messagerie qui est rendu possible, cette hyper connectivité peut être envahissante jusque dans leur sommeil », avertit Justine Atlan, directrice de l'Association e-Enfance.

La lumière retarde l'endormissement
Chiffres à l'appui, l'étude montre que 25 % des collégiens qui ont un smartphone s'endorment après 23h en semaine. Dans les mêmes proportions, les collégiens équipés d'un portable le gardent allumé et connecté près d'eux toute la nuit [...]


>> Lire la suite

Discipline de la liberté

Par Maria Montessori

Voici un autre principe difficilement compris par les partisans de l’école ordinaire. Comment obtenir la discipline dans une classe d’enfants libres ?

Certainement, dans notre système, nous avons une conception différente de la discipline. Si la discipline est fondée sur la liberté, elle doit nécessairement être active. Il n’est pas dit qu’un individu soit discipliné, seulement lorsqu’il est devenu artificiellement silencieux comme un muet, et immobile comme un paralytique. Celui-là est un individu anéanti mais non discipliné.

Nous appelons discipliné un individu qui est maitre de lui-même et qui peut, par conséquent, disposer de lui là où il faut suivre une règle de vie.

Cette idée de discipline active n’est facile ni à comprendre ni à obtenir ; mais, certes, elle contient un haut principe d’éducation, bien différent de la coercition absolue et indiscutée de l’immobilité.

Une technique spéciale est nécessaire à l’institutrice pour conduire l’enfant dans cette voie de discipline, où il devra marcher pendant toute sa vie, en avançant indéfiniment vers la perfection. L’enfant, lorsqu’il apprend à faire des mouvements au lieu de rester dans l’immobilité, ne se prépare pas à l’école, mais à la vie, de sorte qu’il devient un individu correct par habitude et par pratique, même dans les manifestations sociales habituelles. Ainsi, l’enfant s’habitue à une discipline non limitée à l’ambiance de l’école, mais étendue à la société [...]


>> Lire la suite

jeudi 15 août 2019

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'une enseignante

Par Isabelle, professeur des écoles en maternelle

Dans la classe, après avoir raconté l’histoire de La leçon de Professeur Hibou*, une petite fille s’est disputée avec une autre pour un jeu. Je l’ai renvoyée à son cœur ; la fillette m’a répondu avec insistance et répétition : « Mon cœur ne me parle pas, mon cœur ne me parle pas ! », puis : « si, il me parle un tout petit peu. » Alors je lui ai demandé ce qu’il lui avait dit. « Il m’a dit qu’il faut prêter, mais je ne veux pas ! ». Je lui ai dit que là elle ne se sentait pas bien, peut-être que si elle essayait autre chose, elle découvrirait une nouvelle source de joie. La petite a lâché prise avec le jeu et plusieurs fois dans la journée, elle est venue se blottir dans mes bras en pleurant. Par ailleurs, j’ai constaté la complémentarité des réponses quand plusieurs enfants sont confrontés à une même situation, sauf une fois où les deux enfants ont eu la même réponse et qu’il fallait trancher. L’un des enfants a dit « j’y vais » (faire le jeu convoité) et l’autre à qui je demandais si ça allait comme ça, a dit « oui, ça va ! »

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS



jeudi 1 août 2019

«  Au lieu de penser et de théoriser différemment ce que l'on sait déjà, il est temps d'entreprendre de savoir comment et jusqu'où il est possible de " penser autrement ".  »  ( Michel Foucault, philosophe, 1926-1984)

Le Coeur est le tambour du Monde

Par Claudine Briatore

La recherche en cardiologie nous donne de précieuses ressources pour se frayer une voie d'entrée vers le grand Mystère de ce qui se cache dans le cœur. Elle nous explique que les battements du cœur sont réguliers, mais pas trop, un peu comme si c'était une régularité inexacte, vivante. La variabilité cardiaque peut passer tantôt de 998 ms, à 1022 ms, puis 889 ms, etc... Même si sa moyenne est 1000 ms, elle n'est pas de 1000. Imperfection de la nature, ou mystère de l'Univers qui échappe à notre entendement? En réalité, on a déterminé que la santé, physique et psychique, est caractérisée par une variabilité cardiaque importante, à ces irrégularités, c'est ce que l'on appelle la "cohérence cardiaque". Au contraire, au plus le curseur va vers le stress, le burnout, la dépression, au plus la variabilité cardiaque diminue et se fixe autour d'une valeur [...] 

>> Lire la suite